L’habitat participatif seniors, des rêves et bientôt une réalité

L’habitat participatif seniors, des rêves et bientôt une réalité

« Partager et s’entraider pour vieillir plus confortablement, plus sereinement », une conviction ancrée dans une expérience de vie. Celle de Michel Witz, un des pionniers strasbourgeois de l’habitat participatif pour seniors. Après avoir oeuvré pendant 10 ans à la création de cette nouvelle manière d'habiter, il s'en est allé proposer cette forme de colocation solidaire sous d'autres cieux. Cet article lui rend hommage.

Michel était architecte et avait réalisé une grande part de sa carrière en Allemagne. Une fois à la retraite, il avait décidé de "rentrer" en Alsace, sa région natale, et de s'installer à Strasbourg. Tirée de sa longue expérience de Wohnunggemeinschaft (colocation), Michel rêvait de retrouver l’esprit d’une petite communauté d’habitants, solidaires malgré l’âge et le célibat. 

Avec d’autres connaissances, il décide de fonder l’association Cocon 3 S Alsace en 2013, qui comprend aujourd’hui une vingtaine de membres. «Nous avons tous plus de 55 ans, beaucoup n’ont pas de grosse retraite et nous ne voulons pas peser sur nos enfants », explique Christiane Sibieude, actuellement secrétaire de l’association.

Leur objectif : prouver qu’un habitat participatif pour les seniors aux ressources modestes est possible !

En 2015, après de nombreuses rencontres et recherches, l’association noue un partenariat avec le bailleur social Habitat de l’Ill, qui décide de construire un petit immeuble de trois étages, sur un terrain appartenant à la Ville et situé dans le quartier du Neudorf : Cocon3S Lunéville est né ! Les futurs locataires pressentis collaborent alors à la co-conception du bâtiment. Michel, en architecte-visionnaire, dessine les premières esquisses.

Première esquisse de l'immeuble Cocon3S, rue de Lunéville au Neudorf.

Crédit : Michel Witz

L’habitat participatif seniors, des rêves et bientôt une réalité

Mais le projet affronte l’inadaptation des réglementations en vigueur avec l’esprit de l’habitat écologique et participatif. « Ici, la loi impose par exemple de construire quatre places de parking alors que nous aimerions partager un seul véhicule », regrettait Michel. Les difficultés réglementaires et de montage financier coûteront 3 à 4 ans de retard au projet.

Début 2020, au bout de ces années de flottements et d’inconnus, ville et bailleur décident de donner un coup d’accélérateur. Le permis de construire devrait être déposé avant l'été 2020, pour la construction de 9 logements. Les espaces partagés, salle commune, buanderie, salle de bain adaptée aux soins et grande terrasse sont maintenus.

La force des rêves, le prix de la réalité

L’habitat participatif seniors, des rêves et bientôt une réalité

Malgré les aléas, les rêves de Michel auront porté leurs fruits. La belle salle commune, lumineuse et chaleureuse, située au dernier niveau de la résidence, accueillera ses co-habitants d'ici quelques années. Le chantier devrait démarrer fin 2020 pour un emménagement en 2022.

Perspective architecturale de l'immeuble Cocon3S rue de Lunéville

Crédit : Cabinet Denu & Paradon - Paul-André Ritzentahler

 

 

Vous souhaitez en connaître davantage sur les Cocon3S ?    Contacter c.sibieude(at)wanadoo.fr


Explorez tous les projets à Strasbourg